26 décembre 2016

« 12 366 kilomètres et 31 heures d’auto, d’avion et de bateau plus tard… Me voici enfin à tes cotés, à l’autre bout du monde! Noël pour moi, c’est l’amour, l’amitié, la famille et la fête… et à mes yeux, tu représentes le parfait mélange de tout ça. C’est pourquoi je tenais à être ici, avec toi, en cette journée spéciale. Et peu importe où tu seras dans le monde, le nombre de kilomètres qui va nous séparer et le temps que ça prendra pour m’y rendre, j’espère que je serai toujours à tes cotés le 25 décembre, pour te regarder dans les yeux et te souhaiter… »

Et je l’ai regardé dans les yeux, avec mes yeux fatigués mais tellement amoureux et je lui ai dit « Joyeux Noël Ben! »

C’étais ce que j’avais écris dans sa carte de Noël, que je lui ai donnée à mon plus grand bonheur, en main propre, à l’ancienne gare maritime de Macau. C’étais le samedi 24 décembre 2016, il devait être dépassé 23h … quelques minutes à peine avant que Noël sonne ses cloches. C’étais la première fois que je n’étais pas avec ma famille pour Noël. La première fois que je partais si loin. La première fois que j’écoutais cette petite voix, celle qu’on refoule trop souvent… J’avais peur, j’étais stressée, anxieuse, angoissée, fatiguée, mais amoureuse… Tellement amoureuse… Je n’avais aucune idée de ce qui m’attendait, de comment cela allait se terminer. Je ne savais pas si c’était une bonne bonne chose d’être là… Je ne savais pas si ma mère et mes amies allaient devoir me ramasser à la petite cuillère à mon retour ou si au contraire, elles allaient être obliger de m’attraper sur mon nuage pour pas que je m’envole trop haut! J’y allais ALL IN! Advienne que pourra! Mais je devais y aller. C’était plus fort que moi. C’était ma seule option. Je devais aller au bout de cette histoire, même si je ne savais pas qu’elle allait être la conclusion.

Ce jour-là, mon père est allé me porter la veille à l’aéroport, comme mon vol partait à 6h AM le lendemain, je ne voulais pas scraper sa nuit en lui demandant d’aller me porter aux petites heures du matin. Cette nuit là, j’ai dormi sur un banc à YUL, tout près du Archibald. Dormir est un bien grand mot…. Disons que j’ai passé la nuit à me poser des questions. « Qu’est-ce que tu fais là es*i de folle? » est surement celle que je me suis la plus posée… Il faut savoir que Ben et moi n’étions PAS en couple à ce moment-là… Si j’écrivais un livre (j’y pense), ce serait un gros chapitre important pour comprendre le reste de l’histoire… Bref, gardez en tête que je suis partie la veille de Noël, à l’autre bout du monde, rejoindre celui que j’aimais, sans savoir si c’était réciproque. J’suis de même moi… Il y en a qui règle ça par texto ou par Facebook, moi, ça se passe face à face, même si ça coute 2000$ de billets d’avion et beaucoup trop d’heures de vol.

Noël 2016 aura été le plus beau vie ma vie. J’ai eu le plus beau des cadeaux et je vais m’en souvenir pour toujours. On dit que ce n’est pas le matériel qui fait le bonheur et j’y crois. Le lendemain de mon arrivée en Chine (en fait, le 25 décembre très très tard… disons le 26 décembre très très tôt, heure de Chine), j’ai eu le plus beau des cadeaux…. Ben. C’est à ce moment-là que j’ai su qu’il allait devenir mon amoureux, mon partner, le père des mes enfants et le pilier de notre famille. Après l’avoir tellement désiré, rêvé, souhaité, tout ça est devenu réalité. On était dans un petit resto-bar de Hollywood Road dans le quartier Soho à Hong Kong, qui s’appelle The Rhummin’ Thing. C’est là qu’il m’a dit les plus beaux mots du monde: Je t’aime.

La Chine a vu notre amour se concrétiser. Elle a été le cocon de notre avenir. Elle l’a vu grandir aussi, parce que les mois suivants ont été un heureux – pas toujours – mélange entre le Québec, la Chine, les aéroports et Facetime. Elle a bercé nos esprits pendant ma grossesse et les premières semaines de vie de Morgan et elle a accueilli notre famille au moment où on apprenait à en devenir une… au moment où on apprenait à devenir des parents. Quand j’y pense, je nous trouve bon en SVP d’avoir passé au travers de ça. C’est et ce sera toujours l’une de mes plus grandes fiertés. Je pourrais en parler tellement longtemps, mais la Chine pour moi, c’est avant tout Ben, nos débuts, notre amour, notre histoire, notre évolution, notre famille… c’est Morgan, ses premiers mois de vie, c’est moi en tant que maman, ma fierté d’être autonome à 100% pour la première fois de ma vie, sans personne pour me dire quoi faire, sans personne sur qui compter… Bref, la grande majorité des plus belles choses que j’ai dans la vie me ramène à la Chine. C’est et ce sera toujours pour moi le pays pour lequel j’ai le plus d’amour et d’affection.

Penser au fait que je n’y retournerai peut-être jamais me fend le coeur… Lorsqu’on a quitté en juin 2019, tout portait à croire qu’on y reviendrait quelques mois plus tard… On a laissé pleins choses derrières nous, en pensant qu’on reviendrait « à la maison » bientôt. Parce que oui, je considère que c’est comme notre 2e maison. On a aussi laissé beaucoup de souvenirs et des amis précieux derrière nous et je pensais qu’on allait retrouver tout ce beaux monde là rapidement (Allo Mario). Sauf que…. Sauf que les plans ont changés. La COVID est arrivée… J’ai dû me rendre à l’évidence que c’était terminé. Que l’hiver 2020 allait se passer au Québec, dans la neige, loin de ma 2e maison. J’ai quand même continué à espérer… Espérer que tout s’arrange au plus vite et que le téléphone sonne comme se fût le cas les deux années avant… Qu’on commencerait 2021 au pays du soleil levant. J’en est tellement rêvé et j’en rêve encore! Mais je sais que les chances que ça arrive sont plus que faibles, voir nul… Et je dois me faire à l’idée que c’est terminé… Mais, j’ai ramené avec moi le plus beau des souvenirs: Ben.

Quand Mapiful m’a offert l’an passé de créer ma propre affiche personnalisée, j’ai choisi d’immortaliser le 26 décembre 2016 sans hésiter, car c’est à ce moment que ma vie a changé. Pour le mieux. Je sais qu’un jour, je remettrai les pieds en Chine. J’aimerais tellement retourner dans ce petit resto-bar de Hong Kong avec Ben et Morgan. En attendant, je les ai eux, mes plus beaux souvenirs de voyages et j’ai cette affiche qui aura une place spéciale dans notre maison… pour toujours me rappeler cette nuit du 26 décembre 2016, là où tout a commencé.