Notre maison de rêve

Lorsque j’étais au Cégep, j’étais ce genre de fille un peu superficielle, qui avait toujours la dernière affaire à la mode et qui flambait ses paies dans les vêtements, les chaussures, les martinis lychee, les restos et le Laguna. Je travaillais au Aldo, je coachais le patin, je travaillais dans un resto et j’allais à l’école. J’avais un train de vie de fou et je faisais 2 fois plus d’argent qu’aujourd’hui, mais j’étais surtout très disciplinée et à mon affaire. Les brosses jusqu’à 4h30 du matin, avec un examen de philo le lendemain un peu (beaucoup) hangover où je scorais 90% était assez fréquents. À l’époque où les quotes facebook en anglais étaient à la mode, one life to live était ma préférée. Toute mon enfance et mon adolescence, j’ai vu mon père revenir du travail en disant qu’il avait hâte à sa retraite et je pense que c’est ce qui a fait en sorte que je me suis toujours dit que je n’attendrais pas à ma retraite pour profiter de la vie et avoir du fun! J’ai toujours fait ce que j’avais envie de faire. J’ai toujours acheté ce que j’avais envie d’avoir. Et j’ai toujours dépensé sans me soucier de mon futur. La première fois où j’ai mis un dollar de côté, j’étais enceinte de Morgan…

Depuis que je suis maman, j’ai des responsabilités que je n’avais pas avant. Il y a un petit humain qui dépend de mes décisions et de mes choix. Mes priorités ont changé et ma vie entière est tournée vers lui. Je fais tout pour lui donner non seulement le meilleur de moi, mais le meilleur tout cours, sans compromis. Et je n’échangerais mon rôle pour absolument rien au monde. Je suis faite pour être maman, c’est mon rêve le plus cher depuis toujours et c’est ma raison de vivre. Mais, malgré toutes ces nouvelles responsabilités, j’ai toujours cette soif de profiter de la vie et de dire one life to live! À cause de mon chum (merci chéri), j’ai eu la piqure des voyages. Plus je voyage, plus j’ai envie de voyager…. c’est un cercle vicieux. On vient à peine d’arriver en Chine et je pense déjà à nos prochaines destinations! De savoir que je peux aller presque partout en Asie pour 150$ ou moins aller-retour me fait presque angoisser!

Souvent, Ben et moi parlons de notre futur et ces temps-ci, il est beaucoup question de notre maison de rêve… Nous savons déjà assez précisément comment elle sera et à quoi elle va ressembler…Disons que mon Pinterest est assez bien garnis! C’est drôle et presque gênant à dire, mais mon chum à plusieurs immeubles à logements, mais nous sommes les locataires de l’un de nos amis.. Un 5 et demi au 2e d’un duplex qu’on paye des peanuts, refait de A à Z à notre gout et qu’on adore! On pourrait avoir notre maison de rêve à Yamachiche, mais depuis que Morgan est né, j’ai beaucoup plus envie de lui faire découvrir le monde que d’avoir de gros paiements avec une grosse maison… J’ai envie de profiter des prochaines années, avant qu’il débute l’école, pour voyager. Avec lui bien sûr! J’ai envie d’investir mon argent dans des souvenirs, des expériences, des tajines au Maroc, des pizzas en Italie, des couchers de soleil en Indonésie et les premiers pas de mon fils à coté des kangourous… J’ai envie de lui faire voir les 4 coins du monde et de lui apprendre plusieurs langues, avant même qu’il ne sache écrire la nôtre. Parce que le jour où il ira à l’école, ce sera plus difficile de partir quand bon nous semble… À ce moment là, on pensera à notre maison de rêve à Yamachiche. Pour le moment j’ai envie que notre maison de rêve soit à la fois partout et nulle part.

On a eu une opportunité incroyable qu’on ne pouvait pas refuser. Partir 3 mois en Asie et faire de Macau notre maison de rêve. Je souhaite que Morgan sache qu’on ne juge pas la réussite d’une personne par la grosseur de sa maison, mais plutôt par ses connaissances et par ses expériences de vie. Je souhaite qu’il soit curieux et ouvert sur le monde. Je souhaite qu’il ait la chance de voyager et de découvrir d’autres cultures. Je souhaite que ça maison de rêve, ce soit là où il se sent bien, avec les personnes qu’il aime. Et pour le moment, sa maison de rêve est ici, en Chine!


Tu as aimé l'article? Partage-le sur Facebook!